Comment le moulinet de ma mère m’a donné une belle leçon de vie !

Comment le moulinet de ma mère m’a donné une belle leçon de vie !

Tu peux tout accomplir dans la vie si tu as le courage de le rêver, l’intelligence d’en faire un projet réaliste, et la volonté de voir ce projet mené à bien.”
Sidney A. Friedman

Hello, vous allez bien? Comme d’habitude je suis heureuse de vous retrouver à chaque fois dans un nouvel article.

Aujourd’hui je partage avec vous, une expérience personnelle que j’ai vécue tout récemment. Les principales concernées sont : moi-même, ma mère et son moulinet. What ?! Oui, son moulinet. Vous avez bien lu. Vous vous dites : ” mais qu’est-ce qu’un moulinet à avoir avec les termes principaux de son blog ? (motivation, développement personnel, bien-être. )”

Eh bien, attendez de lire la suite.

C’était un mardi ordinaire.

Un mardi comme les autres. Ce jour-là ma mère a tenu à ce que je l’accompagne au marché. (Moi je n’en avais absolument pas envie. Les marchés chez nous ici au Bénin, c’est du grand BORDEL. Ça se piétine & se bouscule de partout. Franchement c’est pas agréable.

Pire, avec le dérèglement climatique que nous subissons, nous sommes sujets à des pluies qui ne nous lâchent plus d’une semelle ! Les voies sont pas du tout praticables.

Mais le seul hic, c’est que je n’avais pas le choix. Elle n’est pas venue vers moi en mode : “tu voudrais bien m’accompagner au marché?” Elle m’a plutôt dit : “tu m’accompagnes au marché.” Du coup impossible pour moi de me défiler.

Alors le but de cette descente au marché était de faire du ravitaillement. On avait presque plus rien à la maison(condiments, fruits, etc.). Tout était fini. Parmi les courses qu’on a faites le jour-là, on a pris quelques fruits : de la pastèque et de l’ananas.

Ce jus dont je raffole tellement, miam !

En fait, ma mère a l’habitude de faire un jus de fruits que j’adore. Je vous mets rapidement les ingrédients phares :

– la pastèque,

– l’ananas,

– le gingembre,

– des feuilles de menthe et un peu d’eau.

Elle découpe le tout en petit morceau.

Après elle mixe le tout au moulinet. N’hésitez pas à essayer. Vous m’en donnerez des nouvelles. Oui vous avez raison, jusque-là je n’ai pas encore vraiment aborder le sujet de le moulinet mais nous y viendrons d’ici peu.

Après les courses au marché, on est rentré à la maison. On a défait et ranger tout ce qu’on a payé. On s’est un peu reposé parce que c’était quand même fatiguant. Donc vers 18h par là, elle a coupé la pastèque, l’ananas. Elle m’a chargé de couper le gingembre. Pour ce qui est de la feuille de menthe, elle est allée les chercher (oui nous l’avons planté chez nous).

Donc elle verse le tout dans le moulinet (pastèque, gingembre, ananas, feuille de menthe) et y ajoute un peu d’eau.

J’ai cherché la bête noire.

Elle est allée placer le moulinet sur son moteur. En fait, je ne sais pas si c’est le cas chez vous aussi, mais le moulinet de ma mère est en deux parties : le long bocal pour recueillir les fruits et son support (moteur) pour les broyer.

Donc elle est allée placer le bocal sur son moteur et a lancé le mixage. Moi pendant ce temps, j’étais dans ma chambre à regarder un film. Quelques minutes après, elle m’appelle, me demandant d’aller éteindre le moulinet. Pour moi, éteindre = mixage terminé = le jus prêt à être renversé.

Mais non! C’était pas ça.

Tu ne peux pas le faire !

Moi toujours dans mon raisonnement, quand j’ai éteint le moteur de le moulinet, j’ai enlevé le long bocal contenant le jus pour aller le renverser. Je viens avec à la cuisine quand elle me fait : “mais qu’est-ce que tu as fichu ? Pourquoi tu as enlevé ça ?”

Moi : mais j’ai cru que c’était fini comme tu m’as dit d’éteindre. Et c’est là elle me fait que non, qu’il est conseillé de laisser reposer le mixeur un moment et puis on le redémarre.

C’est comme nous. Quand on est devant la télé ou devant un bon film ou une bonne émission, parfois on a envie de pisser, de se lever, de se dégourdir les jambes et à ce moment-là qu’est-ce qui vient? La pub !!

C’est exactement cela. Quelques minutes de pause nous sont accordées pour nous permettre de souffler un moment. C’est également le même fonctionnement avec la moulinet m’a-t-elle confié.

En fait, elle me disait d’éteindre un moment et de rallumer après quelques minutes. Le temps de permettre au moulinet de se reposer. Elle me fait : “tu ne peux pas replacer ça, tu ne peux pas le faire, moi-même c’est difficilement je place le bocal sur son moteur, ça me prend un temps fou pour le faire. Pourquoi ne t’es-tu simplement pas contenté d’éteindre comme je te l’ai demandé ?”

J’étais au bout des nerfs.

Au moment où elle disait ça, moi, j’étais reparti avec le bocal que j’essayais de replacer sur son moteur, mais parallèlement, elle me sortait : “tu ne peux pas le replacer.”

Elle le répétait sans cesse. Mais au fond de moi, la chose me disait : tu peux le faire, tu dois le faire et lui prouver le contraire, lui montrer que tu en es bien capable.

J’ai quand même abandonner.

Malgré cette petite voix, qui me poussait à essayer de placer le moulinet sur son moteur, j’ai fini par laisser tomber. Avec ma mère qui me disait avec assurance et insistance que je ne peux pas le faire, je n’avais pas d’autres choix que d’abandonner. Alors je lui ai déposé ça pour qu’elle vienne elle-même placer.

Elle m’a sous-estimée beaucoup trop vite.

Moi, j’ai regagné ma chambre. Elle a fini par placer et redémarré à nouveau le moteur. Elle m’appela encore pour que j’éteigne. Cette fois-ci c’était la bonne.

J’ai éteint, retirer le bocal, renverser et pris par la suite le reste des fruits par encore écraser que j’ai mis dans le bocal que je suis allée lui déposer. Je n’ai même pas essayé de replacer une nouvelle fois. Je regagne à nouveau ma chambre.

Elle me rappelle encore et me demande pourquoi je n’ai pas essayé de placer le moulinet. Je me suis toute suite dit : attends, c’est une blague ?! Ou elle se fout de ma gueule. Tu viens de passer plus de 5 min à répéter que je ne pouvais pas le faire, et maintenant, tu me reproches de n’avoir pas réessayé?

Elle me fait : “mais non, c’était juste pour te faire comprendre que c’était difficile à placer. De toute façon, tu n’aimes pas te mouiller pour quoi que ce soit. Ça m’a fait un toc. Je me suis levée à nouveau et je suis repartie vers le moulinet.

Et vous n’êtes pas prêts pour ce qui va suivre.

Sacrée moulinet !
Je vous dis : je me lève je vais vers le moulinet, je prends le bocal, avec une mentalité de ninja👊, je le pose sur le moteur et même pas une minute que j’ai réussi à placer le moulinet sur son moteur.

Vous imaginez ?!

Non, on reprend : je dis bien, ce que ma mère prend plus de cinq minutes pour placer, moi, je l’ai fait en moins d’une minute. Et dire que quelques minutes avant, elle me disait carrément : tu ne peux pas le faire. Tellement j’étais fière de moi mais en même temps sous le choc. J’étais vraiment persuadée de ne pas pouvoir le faire.

Le moulinet venait de me donner une belle leçon de vie.
Avec le sourire aux lèvres, je me suis retournée dans ma chambre. Elle n’a absolument plus rien dit. Je me disais : bah voilà, haha je l’ai quand même fait. En fait, je peux tout faire, je suis capable de faire tout ce que je désire si j’y mets de la bonne volonté.

Pour la suite, ma mère a eu un geste d’humilité envers moi. Vraiment je la félicite pour ça, parce que moi personnellement je n’aurai pas eu le courage de le faire.

Cette preuve d’humilité de ma mère…

Le lendemain matin, on avait de la tomate fraîche à écraser toujours dans le moulinet. Elle m’appelle encore pour aller placer et tout. Deux minutes après, elle me fait : ” pourras-tu me montrer comment tu arrives à placer le moulinet aussi facilement ?” Moi je n’arrive pas à le faire aussi aisément. (oui ça on l’a bien compris). Désolée, mais il fallait que je lui réponde ceci : tu m’as dit que je ne pouvais pas le faire non ?!(Sourire… mais il fallait qu’elle comprenne que ça ne se fait pas de limiter la capacité d’une personne à réussir, à faire ou à réaliser quelque chose).

La leçon que je voudrais partager avec vous : ce petit accrochage que j’ai eu avec le moulinet m’a travaillé maintes fois. Je n’ai pas arrêté d’y penser car je me suis rendue compte que je pouvais et que j’étais capable de choses bien plus incroyables.

Les gens vous dénigreront, vous découragerons, vous sous- estimerons, et pleins d’autres choses pas sympa. Mais au-delà de toute attente, ne doutez plus jamais de vous, donnez-vous de la valeur, croyez en vous, faites-vous confiance. Tout ce que vous désirez réaliser dans ce bas monde, vous pouvez tous les accomplir tant que vous vivez encore. Et comme le dit cet adage : ” Tant qu’il y a la vie, il y a de l’espoir “.

Vous avez aimé cet article? N’hésitez pas à le partager autour de vous.

 

Écrit par
Mondukpe Ogbonikan

Laisser un commentaire

Ajouter un commentaire

Mondukpe Ogbonikan

Éternelle amoureuse et passionnée du devenir et du digital.

Je suis Mondukpè Ogbonikan.

Ma soif de vivre mes plus belles passions a été ma plus grande motivation pour la création de ce blog.
Une superbe aventure qui a changé ma vie et qui m’a permis d’être celle que je suis aujourd’hui.

Mon blog a pour objectif de motiver, d’aider ma communauté à travailler sur leur devenir, à donner le meilleur d’eux-mêmes, à se surpasser, à exploser leur potentiel.